Untitled Document
Du 19 mai au 29 juillet 2017, du mercredi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous.
Fermeture mercredi 5 juillet.
OUVERTURE vendredi 14 juillet de 14h à 19h.
De la marche à la démarche

Frédéric Bellay, Beatrix von Conta, Philippe Herbet, Bernard Plossu

Pousser le déséquilibre jusqu’au bout et, pour ne pas tomber, faire un pas. Voilà ce qu’est marcher, on s’y habitue, on l’apprend même. Au fur et à mesure, sans s’en rendre compte notre corps investit cette action, on acquiert une démarche qui nous définit, nous ancre dans une présence. Le personnage qui, devant moi, marchait si bizarrement m’avait conduit à cette réflexion, mon cheminement aidant et la photographie n’étant jamais bien loin, j’associais les deux termes, de la marche à la démarche, le titre de l’exposition était là!


Marcher, certes, les photographes le font beaucoup mais cela ne fait pas pour autant de la marche un principe fondateur de leur acte. Seuls certains d’entre eux accordent une dimension essentielle à cette pratique, une espèce de temps, de miette d’existence qui, grain à grain, dessinent un parcours. Rien à voir avec le déplacement, le voyage, c’est un retournement intérieur, une mise en disponibilité avec le monde. Ceux là sont attentifs à chaque déséquilibre : ils savent que dans le réarmement des pas l’esprit est à vif pour saisir les fulgurances du hasard. Ce hasard n’étant autre que la mise en scène de leur réel ! C’est bien là leur démarche.
 

Jacques Damez le 26/02/2017

From a walk to the approach

Push the dizziness throughout and to avoid the fall, take a step. That’s what means walking, we get used to it, we even learn it. Gradually, without realising it, our body throws itself into this movement, we gain a gait which ends by defining us, anchoring us in a presence. The character who, walked so oddly ahead of me, guided my thoughts, my own course helped a little, and the photography was always somewhere near, I united both terms, from a walk to the approach and the name of the exhibition was there.


It is for sure, walking, photographers practice it greatly, however it does not make of walking the founding principle of their act. Only few of them grant it an essential extent of their practice, sort of time, a scarp of their existence which step by step defines a journey. It has nothing to do with moving, or the trip, it is an interior reversal, an act of being entirely available to the world. Those ones of them are paying close attention to each loss of balance; they know that in each rearmament of steps the mind is on the edge, to grasp the lightning of the fate. This fate is nothing else but the staging of their own reality. Here it is, their approach.

Jacques Damez, 2017/02/26

et aussi...

Et aussi...

 

William Klein, William Klein. Du 29 avril au 2 juillet, C/O Berlin, Allemagne


François Deladerrière, France(s) territoire liquide. Exposition collective du 13 mai au 31 juillet, Musée d’art moderne de Bogotá, Colombie


Bernard Plossu, L’heure immobile. Du 16 mai au 16 juillet, Hôtel des Arts Toulon


Serge Clément
, Documentar, Contar, Mentir. Exposition collective du 16 mai au 16 juillet, dans le cadre du 20ème anniversaire du Festival De Mayo, Ex-Convento del Carmen Guadalajara, Mexique


Beatrix von Conta, Le vaisseau fantôme. Du 16 mai au 19 août, Centre hospitalier Métropole Savoie, Chambéry


William Klein, Lumière ! Le cinéma inventé. Exposition collective du 13 juin au 25 février 2018, Musée des Confluences, Lyon


Rip Hopkins, Rip Hopkins Another Country : Les anglais en Périgord. Du 15 juin au 15 septembre, Château de la Jaubertie, Colombier (24)


Rip Hopkins, Belgian Blue Blood. Du 24 juin au 17 septembre, Abbaye de l’Épau, Yvré-l’Évêque (72)


Philippe Pétremant, 42° au-dessus de l’horizon, par temps de pluie. Exposition collective jusqu’au 25 juin, Le Moulin des Arts, Saint-Rémy


Julien Magre, Je n’ai plus peur du noir. Du 1er au 30 juin, dans le cadre du Festival de photo MAP, Musée Paul Dupuy, Toulouse


Beatrix von Conta, Elles exposent - Les femmes artistes du XXe siècle. Exposition collective jusqu’au 3 septembre, Musée d’Art, Toulon


Pierre de Fenoÿl et Bernard Plossu, Autophoto - de 1900 à nos jours. Exposition collective jusqu’au 24 septembre, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris


LES RENCONTRES DE LA PHOTOGRAPHIE ARLES 2017


Pierre de Fenoÿl , Dans l’atelier de la Mission photographique de la DATAR. Regards de 15 photographes. Exposition collective du 3 juillet au 24 septembre, Atelier de la Mécanique, Arles


Livres récents


Bernard Plossu
, Glamour
Filigranes Éditions, avril 2017


Bernard Plossu, L’heure immobile, La Fábrica,
avril 2017


Pierre de Fenoÿl et Bernard Plossu, Autophoto - de 1900 à nos jours, coédition Fondation Cartier pour l’art contemporain / Éditions Xavier Barral,
avril 2017

Photographie(s) Lyon & Co

Carnet n° 10 disponible (mai - août 2017)