Untitled Document

Du 2 décembre au 3 mars 2018, du mercredi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous.

Mexique, aller-retour
Exposition collective présentée “ en écho “ à l’exposition Los Modernos au Musée des Beaux-Arts de Lyon dont le commissaire d'exposition associé, en charge de la photographie, est Jacques Damez, co-directeur de la galerie Le Réverbère

Dossier de presse complet en téléchargement ici

Mexique, aller-retour est conçue en écho à l’exposition Los Modernos présentée cet hiver au musée des Beaux-Arts de Lyon et dont Jacques Damez est le commissaire associé pour la sélection dédiée aux photographies.
L’exposition que nous proposons au Réverbère se présente comme un aller-retour entre le musée et la galerie, entre continent américain et européen, entre modernes et contemporains. Trois photographes feront l’agrafe, le trait d’union entre les deux expositions : Pablo Ortíz Monasterio, Bernard Plossu, Denis Roche.


Au cours de la recherche réalisée pour former le corpus d’oeuvres exposé au musée et écrire le texte du catalogue Los Modernos, de nouveaux photographes nous sont devenus familiers. Tout naturellement, par capillarité, contiguïté, des noms en appelaient d’autres, une famille visuelle qui correspond à la nôtre se constituait. Les écholalies commençaient à bruisser et notre exposition à se dessiner ; les dialogues entre les énergies, les poids du temps, les suspensions poétiques se sont concentrés en dix photographes. Ils sont mexicains (Pablo Ortíz Monasterio, Óscar Fernando Gómez), cubain (Jesse A. Fernandez), canadien (Serge Clément), belges (Thomas Chable, Baudoin Lotin), français (Françoise Nuñez, Bernard Plossu, Marc Riboud, Denis Roche).


Tous ont le Mexique en mire, ils ne cherchent pas à poser un regard prémédité sur ce pays qui, de toute façon, ne se laisse pas prendre, ils se rendent disponibles pour capter le magnétisme des lieux. Chacun est trempé dans ses sels d’argents, ils n’ont pas la même photosensibilité : ce qu’ils donnent à voir est une image intérieure, le contact foudroyant de deux présences, l’arc d’un court-circuit qu’eux seuls peuvent déclencher. Cette exposition prolonge les questions que nous nous sommes posées concernant l’importance du Mexique dans l’histoire de la photographie. Tout comme ce pays concentre de nombreux mythes : les civilisations aztèques et mayas, les différents indiens et leurs traditions, les cultes de la
mort, sa révolution, sa frontière avec les États-Unis, qui font que chacun de nous a son image projetée. D’où l’attirance des artistes à aller voir ce qu’il en est.


D’ailleurs Jack Kerouac dans son fameux livre Sur la route écrit « Juste de l’autre côté de la rue, le Mexique commençait. On regarda émerveillés. À notre étonnement, ça ressemblait au Mexique. »
 

Jacques Damez

et aussi...

Durant l’expo
 
Visite commentée. Date à confirmer.
Pour vous tenir informés, inscrivez-vous à notre newsletter, et suivez nous sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, LinkedIn)
 
Et aussi...


Géraldine Lay, North End. Jusqu’au 23 septembre. Les Rencontres de la photographie d’Arles, Croisière,Arles


Baudoin Lotin
, Maramures. Du 6 au 23 septembre, festival Fotocircuit 2018, Huis Oosterlynck, Leuven, Belgique


Thomas Chable
, Photographie 2008-2018. Du 12 septembre au 4 novembre, Contretype, Bruxelles, Belgique


Beatrix von Conta, VINCENT CORDEBARD, scènes de la vie ordinaire. Exposition collective du 15 septembre au 4 novembre, entrepôt Tisza, Chaumont


Serge Clément, Fragments & Trans. Du 15 septembre au 31 décembre, Photaumnales de Beauvais, Le quadrilatère,   Beauvais


Bernard Plossu, Longer  ways  to go   :  photographs of the american road. Exposition collective jusqu’au 24 novembre, Tucson Center for Creative Photography, USA

Paris Photo 2018

Beatrix von Conta, Géraldine Lay, Baudoin Lotin, Julien Magre, Philippe Pétremant, Denis Roche. Du 8 au 11 novembre, stand D04, Grand Palais, Paris
 

Photographie(s) Lyon & Co

Carnet n° 14 disponible (sept. à déc. 2018)