Untitled Document

Du 11 décembre au 1er mars 2006, du mercredi au samedi de 18h à 21h et sur rendez-vous.
Vernissage le mardi 10 décembre 2003, de 18h à 21h, en présence de la photographe.
Beatrix von Conta
Le temps déposé

Dans ma relation à la photographie de paysage, le questionnement de la notion du temps traverse, sous des apparences différentes, toutes les séries présentées dans cette exposition. Temps déposé, cristallisé, inévitable générateur de mémoire, elle-même élément actif dans la perception du présent. Toute image sera ainsi forcément sous influence.
Chacun de mes ensembles photographiques, avec son vocabulaire plastique singulier, dégage et fabrique en même temps les fondations d’une même histoire : l’élaboration d’un paysage mental à partir d’une réalité où les paysages choisis portent les empreintes de l’homme ou des aléas du temps.
Dans cette suite de points de vue, de changements d’éclairage et de mise au point, de rapprochement et d’éloignement, de couleur et de noir et blanc, j’approche les versants différents d’une même interrogation sur la réalité de ce que les yeux perçoivent. Persistance de l’impression que le paysage contemplé s’évanouit à l’instant de la prise de vue. Finalement, rien n’a été vu. L’image “ vraie ” ne saura se révéler qu’au terme d’un temps de latence.

Ce sera sur la mince feuille de papier que je pourrai, enfin, revisiter la trace révélée, la fouiller afin d’y découvrir ce que je ne pouvais pas voir lors de la prise de vue. Et peut-être y apporter une “ épaisseur ” supplémentaire, ouvrir des espaces de réflexion visuelle, suggérer des volumes, faire basculer le sens de lecture. La couleur peut alors recouvrir le noir et blanc des tirages comme une mince pellicule de protection, faussement réaliste, trompeusement séduisante, l’écriture introduire un glissement de sens, le format induire l’intimité ou la mise à distance, la couleur - telle qu’elle - affirmer le face à face de la rencontre : ici et maintenant.