Untitled Document

Du 18 mai au 23 juillet 2011, du mercredi au samedi de 14h à 21h et sur rendez-vous en dehors de ces horaires.
Vernissage le mardi 17 mai 2011, de 18h à 21h en présence des photographes.
Lauréats 2011 du prix HSBC pour la photographie
Alinka Echeverria, Xiao Zhang

Alinka Echeverria et Xiao Zhang ont été élus lauréats 2011 par le comité exécutif du Prix HSBC pour la Photographie parmi les 12 candidats nominés par Agnès Sire, conseillère artistique. Cette année, 625 photographes ont participé au concours.
Le Prix HSBC pour la Photographie accompagnera les lauréats en publiant avec Actes Sud leur première monographie, et en organisant une exposition itinérante de leurs oeuvres dans quatre lieux culturels.
Le Prix HSBC pour la Photographie, créé en avril 1995, sous l’égide de la Fondation de France, est présidé par Peter Boyles, Vice-président de HSBC France, Directeur Général de l’Europe Continentale. Christine Raoult en est la Déléguée Générale.
Le Prix HSBC pour la Photographie a pour mission d’aider et de promouvoir de façon durable la génération montante de la photographie. Un concours annuel est ouvert d’octobre à novembre à tout photographe n’ayant jamais édité de monographie, sans critère d’âge ni de nationalité.
Chaque année, un conseiller artistique désigné pour apporter un nouveau regard présélectionne une dizaine de dossiers de candidatures. Il présente alors ses choix au Comité exécutif qui élit les deux lauréats.
 
Alinka ECHEVERRIA
Sur le chemin de Tepeyac
Chaque année, six millions de pèlerins cheminent vers la basilique de la Guadalupe près de Mexico. Construite au XVIIe siècle sur les ruines du temple de Tepeyac, ancien lieu sacré de la déesse aztèque Tonantzin, cette église symbolise le passage des anciennes civilisations vers la colonisation espagnole. La Vierge y fit plusieurs apparitions et son image est devenue extrêmement importante pour les mexicains. Lors de ce pèlerinage, les fidèles décrochent la représentation de cette Vierge qu’ils ont chez eux, et la transportent sur le lieu saint pour qu’elle y soit bénie. L’approche de Alinka Echeverria, jeune artiste mexicaine en résidence à l’Ecole d’Arles cette année, est exemplaire : 300 pèlerins ont été photographiés cheminant avec leur trophée, puis détourés pour que ne reste qu’une silhouette de dos avec son précieux fardeau. Santons sans visages, mannequins occasionnels ou simples voyageurs porteurs d’un vaste écusson? Nul ne sait s’il n’est informé, car la dé-contextualisation voulue par l’auteur permet de s’attacher aux attitudes individuelles, à ces corps porteurs non pas d’une pénible et lourde croix mais d’une Vierge vénérée. L’accumulation des personnages, la beauté et l’étrangeté de leur harnachement, constituent une série exceptionnelle qui permet de visualiser la démesure de cette croyance, la beauté du geste et sans doute la métaphore du surréalisme mexicain.
Texte d’Agnès Sire, conseiller artistique 2011
 
 
Xiao ZHANG
Coastline
La Chine offre 18 000 kilomètres de côtes, entre l’estuaire du fleuve de Beilun au sud et celui de Yalu au nord. Ces rivages sont les “fenêtres de la Chine” sur le monde extérieur. Ils sont aussi le lieu d’une urbanisation galopante, plus encore que dans le reste du pays. Ces bords de mer sont l’objet d’un rêve pour de nombreux chinois qui quittent les campagnes pour y arriver en masse, pensant y trouver du travail et une vie plus facile. Xiao Zhang nous livre une dérive étonnante le long de la côte. Il la décrit comme “belle et douloureuse”. On y voit les vacances, les mariages, les déchets, la solitude, une Chine intime et contemporaine sans aucune facilité exotique. Ce jeune artiste chinois, déjà remarqué en Chine pour son travail au Three Shadows Photography Art Center, est fasciné par la mer depuis son enfance ; il y cherche une «résidence pour son âme» et parvient à saisir, dans cette errance au fil de l’eau, des images extrêmement fortes d’une Chine à la croisée de deux mondes.

Texte d’Agnès Sire, conseiller artistique 2011