Untitled Document

Du 10 au 13 novembre 2016, de 12h à 20h.
12h à 19h le dimanche 13 novembre.

PARIS PHOTO 2016
STAND D04
Pierre de Fenoÿl, Emmanuelle Fructus, Géraldine Lay, Bernard Plossu, Denis Roche

L’année 2015, violente et traumatisante pour tous, a été aussi pour nous celle de la disparition de Denis Roche, une des lucioles de la photographie.


Depuis son décès, de nombreux hommages, éditions et expositions ont eu lieu: Une rétrospective au Pavillon Populaire à Montpellier, accompagnée du livre Photolalies, 1964-2010 et de la réédition de son merveilleux ouvrage de littérature et de photographie Le Boitier de mélancolie chez Hazan. Au printemps 2016 au Seuil, réédition de La Disparition des lucioles recueil indispensable de textes sur l’acte photographique. Aux Rencontres d’Arles, deux journées autour de son oeuvre intitulées Denis Roche
énergumène
pilotées par Bernard Comment directeur de la collection Fiction & Cie au Seuil lui ont été consacrées. Depuis septembre 2016, un hommage lui est rendu à la galerie avec l’exposition Notre Beauté fixe, Photolalies pour Denis Roche.
Le 9 novembre 2016, une nouvelle exposition Aller et retour dans la chambre blanche à la Maison d’art Anthonioz à Nogent-sur-Marne avec un catalogue aux éditions Filigranes. Nous avons décidé, suite à la dernière foire écourtée, de reprendre une partie de notre proposition 2015 avec trois photographes d’une même génération qui s’appréciaient : Pierre de Fenoÿl, Bernard Plossu et Denis Roche accompagnés de deux femmes photographes nées en 1972 et que nous avons toutes deux découvertes.
 

Pour Denis Roche une sélection d’images symboliques de l’oeuvre autour de l’intime et l’autoportrait.


Pierre de Fenoÿl, remis en lumière par la galerie depuis 2011, sera présent sur le stand, accompagné du livre Une géographie imaginaire édité par Xavier Barral avec la participation du Jeu de Paume en 2015, textes de Jacques Damez, Virginie Chardin et Peter Galassi.


La série North End, remarquée par la presse (Luc Desbenoit/Télérama, Brigitte Patient/France Inter, Éric Karsenty/Fisheye, France 3…) et plébiscitée par le public, de Géraldine Lay qui a conclu cette plongée dans le Royaume uni en octobre 2015 avec l’aide de l’Institut français (Lauréate 2015 du programme Hors les murs de l’Institut français). Son regard bienveillant et lumineux sur les gens dans leur décor nous projette dans des scènes de rue en suspens, évocatrices.


L’Amérique des années 70/80, photographies Fresson et NB de Bernard Plossu qui, elles aussi, semblent sortir d’un film et scénarisent notre monde. Une sélection qui complète son exposition aux Rencontres d’Arles à l’occasion de son livre chez Textuel Western Colors.


Et enfin comme l’année dernière, sur le mur extérieur, une nouvelle création inédite d’Emmanuelle Fructus soutenue par de nombreux collectionneurs et journalistes (Claire Guillot/Le Monde, Roxana Azimi/Le Quotidien de l’Art, Jean-Luc Chalumeau/[versohebdo], Armelle Canitrot/La Croix, Aude Lavigne/France Culture, ...) plus quelques tweets !
Là encore, une oeuvre unique, un triptyque composé de 2729 personnages découpés dans des photos anonymes : un lent et fascinant travail de collecte et de recomposition qui raconte des histoires à l’infini.


Catherine Dérioz