Untitled Document

Du 14 mai au 25 juillet 2009, du mercredi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous.
Vernissage le mercredi 13 mai 2009, de 14h à 21h, vernissage en présence des photographes.
Yves Rozet / Bertrand Flachot

Figures déliées - sur un fond sans fond - 2006-2009

« Les photographies dʼYves Rozet sont particulièrement silencieuses. Énigmatiques aussi. Elles sʼassemblent en polyptique à la beauté dʼemblée évidente, mais à la signification toujours en retrait. Poèmes visuels qui jamais ne sʼarticulent en discours mais toujours demeurent ouverts, insaisissables, incomplets. Lʼimage est comme une buée qui sʼévanouit, un ensemble de surface plissées et flottantes, un reflet de matière pris dans les rets de lʼimaginaire. Lʼimage ne cesse ainsi de « passer » : dʼun cadre à lʼautre, de présence en absence, de la couleur au noir et blanc, dʼaujourdʼhui à hier, dʼun fragment lʼautre... Comme les nomme lui même le photographe, ses figures sont « déliées » et se présentent : « sur un fond sans fond » : formule ésotérique mais qui dit combien les images dʼYves Rozet sont des surfaces flottantes, mises en abyme, détachées dʼune certaine réalité pour en réordonner une autre de facture poétique, où le vide est toujours plus important que le plein, les questions plus importantes que les réponses, le manque plus important que la satisfaction béate devant la certitude des choses. »
Jean-Emmanuel Denave, 2006.

« Ce sont des fragments de réel – vestiges dʼune mémoire, cristallisation dʼun imaginaire, témoignage dʼune culture, strates de temps divers -, des images en écho comme des leitmotiv, où les rapports de formes se prolongent en rapport de fond ; des images en écarts, en conflits. Des images toujours simples, en noir et blanc, en couleur, parfois monochromes. À qui les regarde, banales et familières, étranges et distantes à la fois, elles offrent des bribes dʼhistoires à inventer, des départs de songerie, des chemins de méditation. Elles ouvrent un ailleurs où la sensibilité et lʼesprit sʼengouffrent. Par lʼapparent aléatoire de leur présence et par cette mystérieuse nécessité qui semble les rapprocher – depuis les Chimères (1999), lʼoeuvre dʼYves Rozet sʼorganise autour de lʼagencement dʼimages – elles questionnent. Comment lʼhétérogène parvient-il ainsi à coaguler pour produire de la présence et un tel sens poétique ? »
Nelly Gabriel, in Acteurs de l’Economie, 2007.

Bertrand Flachot
Interface

 

Cʼest à partir dʼun répertoire dʼimages photographiques dʼun lieu spécifique, « un territoire », que je développe un travail où dessin et photographie se mêlent étroitement. Introduire du trait, donc du geste, dans le processus de production dʼimages photographiques cʼest augmenter ces images dʼune dimension sensitive supplémentaire qui lie et délie, tisse et émiette sa surface en une multitude de strates qui sʼenchevêtrent dans le plan unique de la représentation.

Aux vibrations des ombres et des lumières de la prise de vue sʼajoutent et se mélangent les stries dʼun dessin intuitif et pulsionnel, sorte de sismographie du sensible, qui, tantôt adhère à lʼimage pour la renforcer, lʼaugmenter, tantôt sʼen détache pour la réorienter, la re-figurer. Réalisé grâce aux techniques numériques ce dessin, tracé dans et par lʼimage, est indéfiniment transformable. Cette nouvelle texture graphique due à lʼécriture aléatoire et chaotique du trait est donc toujours en devenir.

Bertrand Flachot.